24/10/19

« Présence du No Future »

Belle recension de Samedi soir, dimanche matin d'Alan Sillitoe signée Eugénie Bourlet dans Le Nouveau Magazine littéraire.

5 étoiles.

L'Angleterre jeune et révoltée des années 1960 et la musique qui va avec. Réédition d'un classique.

« Dès votre naissance, vous étiez capturé par l'air frais contre lequel vous vous débattiez en criant. » Du turbin de l'usine aux beuveries du week-end, des jupes des femmes mariées aux bagarres en fête foraine, Arthur Seaton, 21 ans, tourne dans une routine infernale dans l'Angleterre traumatisée d'après guerre. L'argot du jeune homme, ses pensées effrontées qui tournent à vide, ont marqué d'une encre indélébile la culture contestataire. Publié en 1958, Samedi soir, dimanche matin a influencé la littérature, mais aussi la culture populaire britannique - les groupes Joy Division et Arctic Monkeys en ont repris le cadre révolté. C'est avec joie que l'on retrouve leur source grâce à cette réédition.

https://www.nouveau-magazine-litteraire.com/pr%C3%A9sence-du-no-future