hors collection

retour
Résistances irakiennes
Contre l’occupation, l’islamisme et le capitalisme

Coordonné par Nicolas Dessaux

176 pages | 12 x 18,5 cm | 2006
10  euros | isbn 2-915830-10-X

Dans un Irak déchiré par l’occupation militaire et la guerre civile, des hommes et des femmes, arabes et kurdes, athées et croyants, sunnites et chiites, chômeurs, ouvriers, syndicalistes et féministes cherchent à sortir du chaos. Menacés par les islamistes, persécutés par les nationalistes, emprisonnés par les troupes d’occupation, ils tentent de répondre à ces questions : comment combattre l’impérialisme américain sans poser de bombes ? Quelles stratégies adopter pour empêcher la guerre civile de se propager dans les quartiers ? Comment défendre les droits des femmes alors que les islamistes participent au gouvernement et tiennent la rue ? Quelles luttes sociales mener pour défendre l’égalité et les droits des salariés ? Ce livre leur donne la parole. Ces neuf entretiens nous font découvrir cette autre résistance, résolument laïque, féministe et anticapitaliste qu’Al-Qaida considère « plus dangereuse que le Mossad ». 

 

Ce livre est formé d’un ensemble d’interviews de militants d’extrême gauche, qui relatent leur insurrection avortée (et très mal connue par ailleurs, contrairement au soulèvement chiite du Sud) dans les villes du Kurdistan en 1991. Mais surtout, ils racontent leurs luttes quotidiennes depuis l’invasion de 2003, l’organisation des ouvriers des usines et des jeunes des villes, la priorité qu’ils ont donnée à la défense des femmes et des droits sociaux, et leur refus de la guerre civile « produit de l’occupation ». Au-delà des fondements politiques de ce mouvement – le communisme ouvrier –, on y retrouve l’expression d’un courant, humaniste, ayant depuis toujours trouvé racine en Irak et en Iran. Au-delà du confessionnalisme et du nationalisme.”  Samir Aita, Le Monde diplomatique, mars 2007