lampe-tempête

Il y a des siècles qui ressemblent à des tempêtes : le vent de l’histoire y souffle plus fort qu’ailleurs, la nuit semble être sans fin, et nul n’y est à l’abri de l’orage qui menace. Contre toute attente, et pour peu qu’elle s’émancipe de l’imaginaire dominant, seule la littérature y propage encore un peu de lumière. Par un travail de redécouverte de textes de fiction méconnus ou oubliés, augmentés de commentaires critiques et politiques, cette collection entend donc montrer que la littérature peut être instrument de prospection, à la recherche des possibles, les meilleurs comme les pires, ceux qui gisent dans le passé comme ceux que nous réserve l’avenir. 

Collection dirigée par Jacques Baujard