frankenstein

retour
Les Luddites en France
Résistance à l’industrialisation et à l’informatisation

Coordonné par Cédric Biagini et Guillaume Carnino 

336 pages | 17 x 24 cm | 2010  
22 euros | isbn 978-29158303-0-9

Alors que la révolution industrielle s’apprête à bouleverser tous les rapports sociaux, bris de machines, incendies et émeutes se multiplient dans les manufactures. Des artisans refusent de faire le deuil de leurs savoir-faire et de migrer vers les villes. Ils déclarent la guerre aux « machines préjudiciables à la communauté » qu’ils détruisent à coups de masse. Si les luddites anglais sont passés à la postérité, leurs homologues français briseurs de machines - « primitifs » selon les uns, « réactionnaires » selon les autres - avaient été jetés aux oubliettes de l’histoire.
Ce livre entend les réhabiliter et leur redonner leur juste place dans une histoire du socialisme jalonnée de grandes batailles durant lesquelles ils se sont illustrés : de la Révolution française aux récentes résistances à la tyrannie technologique, en passant par les journées de juillet 1830, la révolution de 1848 et même les combattives années 1970, les briseurs de machines ont, depuis les débuts de la société industrielle, toujours existé.
Cette histoire méconnue du luddisme à la française nous révèle des mouvements souvent peu organisés et parfois spontanés, mais farouches défenseurs de l’égalité sociale et de la liberté quotidienne. Contrairement aux idées reçues, on arrête parfois le progrès...

Sommaire: 

On arrête parfois le progrès

Cédric Biagini et Guillaume Carnino

 

Vaucanson, ou le prototype de l’ingénieur

Olivier Serre

 

À propos des bris de machines textiles à Rouen pendant l’été 1789

Jean-Pierre Alline

 

Le mouvement luddite en France

Frank E. Manuel


Ouvriers et machines au XIXe siècle

Michelle Perrot


Refuser de se laisser ferrer

François Jarrige


Les luttes contre les OGM

Chistophe Bonneuil


Passage dissident en paysage high tech

Célia Izoard
 


ANNEXES
Anthologie de textes anti-luddites (Karl Marx, Jean-Baptiste Say, Charles Dupin, Jean de Sismondi, Frédéric Bastiat, etc.) présentés par François Jarrige
Les justes alarmes de la classe ouvrière au sujet des mécaniques par un vieux typographe, victime de l’arbitraire (20 août 1830)