hors collection

retour
La Terreur noire

André Salmon 

Préface de Jacqueline Gojard

336 pages |  23 x 23  cm | 2008
25 euros | isbn  978-2915830-19-4

La terreur noire : Ravachol, Vaillant, Henry, Bonnot… Toute une époque, pas si belle que ça. Les grèves sont matées par l’armée, les manifestants chargés sabre au clair par les gendarmes à cheval et le mouvement ouvrier réprimé à coup de fusils. Mais certains rendent les coups. Ils font trembler cette bourgeoisie arrogante et inquiètent les gouvernements de la IIIe république.De l’écrasement de la Commune à la grande boucherie que fut la « der des ders », la poudre parle. Nombreux sont les anarchistes prêts à donner leur vie pour leurs idées. Leurs mots d’ordre : « La propriété c’est le vol », « Ton ennemi : l’État », « Il n’y a pas d’innocents »...
Inspirés par une presse foisonnante et des penseurs comme Proudhon, Bakounine ou Stirner, soutenus par des artistes et des intellectuels, ils se battent jusqu’au bout et marchent la tête haute vers la guillotine.
André Salmon, poète, journaliste et critique d’art, de sa plume inspirée, convoque ces grandes figures de la révolte. Féroce, il manie l’ironie avec éclat et retrace cette épopée pleine de sang et de fureur, d’espoirs et d’idéaux. Dans un style digne des colonnes du Père Peinard, il nous fait revivre l’exaltante aventure de la cause libertaire.

 
Si La Terreur noire est un grand livre, c’est essentiellement parce qu’il s’en tient à la littérature et que, de surcroît, il est écrit de main de maître, ce qui, sur un sujet où rivalisent de lourdeur historiens et propagandistes, est assez rare pour être célébré. à contretemps