10/09/20

« Une pertinence historique et une plume captivante »

Recension de Révolutionnaire & dandy d'Anne Steiner par Éric Françonnet sur le site Avoir-lire.com.

Anne Steiner n’en est pas à son premier coup d’essai dans son approche romanesque de la réalité, fidèle aux mouvements contestataires de la Belle Époque. Ce segment de l’Histoire sera stoppé net par la Première Guerre mondiale, et fortement idéalisé par la suite.
A bien des égards, cette période n’est pas idyllique et Steiner le prouve en abordant le motif de l’anarchie, son thème de prédilection. Il est une nouvelle fois évoqué avec une pertinence historique et une plume captivante, s’incarne notamment dans la figure d’un dandy, qui est l’objet de ce texte. La richesse iconographique (trente illustrations), inhérente au quatrième ouvrage de l’auteure, nous permet de mieux appréhender une personnalité hors normes et indissociable de son temps, celle d’Eugène Bonaventure Jean-Baptiste Vigo (dit Miguel Almereyda)
Anne Steiner se livre, en effet, dans Révolutionnaire et dandy, à l’exercice périlleux mais réussi d’une biographie, parlant de cet homme que nous aurions tort de ne pas connaître. Grâce à un travail érudit, elle témoigne une fidélité extrême à la trajectoire fulgurante de Miguel Almereyda, brutalement interrompue à l’âge de trente-quatre ans. Pour la petite anecdote, il laisse un fils qui s’illustrera par la suite comme cinéaste, à savoir Jean Vigo.
Miguel Almereyda épouse diverses causes révolutionnaires (une versatilité aux yeux de ses nombreux détracteurs), tout en s’efforçant d’être toujours à la page (il fait le grand écart pour ce qui est de ses convictions politiques, au fil de sa courte, mais palpitante existence). Son goût de l’apprêt reflète un désir immodéré pour l’élégance vestimentaire : il plaît autant qu’il dérange, son esprit revendique volontiers la subversion. Le vieil adage "l’habit ne fait pas le moine" trouve ici la plénitude de son sens.

Pour lire la suite : www.avoir-alire.com/revolutionnaire-et-dandy-anne-steiner-la-critique-du-livre