dans le feu de l’action

retour
Les En-dehors
Anarchistes individualistes et illégalistes à la « Belle Époque »

Anne Steiner

256 pages | 13 x 20 cm | 2008
17 euros  | isbn 978-2-91583013-2

Ils ont vingt ans en 1910 et se définissent comme des « en-dehors ». Hors du troupeau, ils refusent de se soumettre à l’ordre social dominant, mais rejettent aussi tout embrigadement dans les organisations syndicales ou politiques. Pour eux, l’émancipation individuelle doit précéder l’émancipation collective.
Leur refus des normes bourgeoises, comme des préjugés propres aux classes populaires, les amène à inventer d’autres rapports entre hommes et femmes et entre adultes et enfants, à prôner l’amour libre et la limitation volontaire des naissances. Leur rejet du salariat les conduit à expérimenter la vie en milieu libre, à réfléchir à d’autres modes de consommation et d’échanges, mais aussi à emprunter la voie de l’illégalisme – jusqu’au célèbre périple de la « bande à Bonnot ».
En révolte contre sa famille, Rirette Maîtrejean débarque à Paris à l’âge de seize ans et devient l’une des figures de ce milieu. Son parcours sert de fil conducteur à ce récit qui fait sortir de l’ombre bien des acteurs de cette épopée anarcho-individualiste ayant fait leur ce précepte de Libertad : « Ce n’est pas dans cent ans qu’il faut vivre en anarchiste. » Exigence que plus d’un paya de sa liberté et même de sa vie.

 
En racontant d’une plume alerte l’itinéraire de Rirette Maîtrejean, ses enthousiasmes, ses lectures, ses combats, ses amours, Anne Steiner nous fait croiser les fameux compagnons que furent Mauricius, Victor Serge, etc. Et l’on redécouvre cette évidence : l’épopée anarcho-individualiste n’a rien d’une histoire folklo, vieillotte et empesée, rongée aux mythes.” Jean-Luc Porquet, Le Canard enchaîné, 7 mai 2008