dans le feu de l’action

retour
La révolution fut une belle aventure
Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux americains (1918-1934)

Paul Mattick

Traduit de l’allemand par Laure Batier et Marc Geoffroy

Préface de Gary Roth / Notes de Charles Reeve

192 pages | 13 x 20 cm | 2013
17 euros | isbn 978-29158307-6-7 

Gamin révolté des rues du Berlin de l’après-Grande guerre, Paul Mattick commence par s’engager dans le mouvement spartakiste avant de devenir communiste anti-bolchevique. Au cœur des années de feu de la révolution allemande (1918-1924), il nous raconte son incroyable parcours, entre action directe et répression, illégalisme et clandestinité. Le reflux du mouvement révolutionnaire et la montée en puissance des forces autoritaires – stalinisme et nazisme –, le poussent, comme tant d’autres, à l’émigration.
Aux États-Unis, il s’engage aux côtes des IWW et d’autres groupes radicaux, puis il participe au grand mouvement des chômeurs des années 1930 où se mêlent hobos, syndicalistes et révolutionnaires. Il nous plonge dans ces moments d’intense agitation sociale, aujourd’hui méconnus.
La belle aventure, ce fut, d’un continent à l’autre, la traversée des années bouillonnantes de l’« âge des extrêmes ». Paul Mattick la raconte avec une sagacité qui laisse toute la place à ses camarades de lutte, à ses ennemis aussi, aux débats d’idées qui accompagnent toujours l’action, à la rencontre des ouvriers radicaux avec les avant-gardes artistiques de l’époque, expressionnistes et dadaïstes. Ce témoignage exceptionnel restitue l’ambiance de mondes disparus secoués par le puissant désir d’une société libérée de l’exploitation. Désir qui court au fil de ces pages et qui est, lui, d’une fraîcheur et d’une actualité saisissante.

—————
PRESSE

"L'un des brûlots les plus éperonnants du moment, c'est La Révolution fut une belle aventure de l'agitateur rouge anti-léniniste Paul Mattick, connu comme le principal théoricien, avec Anton Pannekoek, du communisme des conseils. Il nous raconte ses quatre cent coups dans les bandes de gamins de rue berlinois du début du XXe siècle, les modes de financement insolites des journaux révolutionnaires de l'après-Grande Guerre, les ralliements au soulèvement spartakiste puis aux grandes grèves insurrectionnelles dans la Rurh de 1923 au cours  desquelles il arrivait aux insurgés d'imprimer leur propre monnaie à l'intérieur des usines, ou encore les expropriations de banques destinées à l'équipement des groupe de combat..." Siné Mensuel

"On ne s'attendait pas qu'un livre consacré au parcours de vie d'un théoricien des crises économiques, également partisan des conseils ouvriers, se lise comme un roman. Le titre, pourtant, annonçait la couleur. [...] Il faut saluer tout un travail de notes et de commentaires qui éclaire le lecteur peu familier des évéments et des acteurs hauts en couleur de ce temps." Le Monde libertaire