dans le feu de l’action

retour
Contingent rebelle
Récit d'un réfractaire au service militaire dans les années 1970

192 pages | 13 x 20 cm | 2017
17 euros 
isbn 978-23730902-1-5

« À bas l’armée et toute autorité ! » Le service militaire a une longue histoire. Depuis la Révolution française, il a été l’objet de bien des polémiques. Des bataillons de conscrits soumis s’y sont rendus en traînant des pieds. Les sketches qui lui ont été consacrés ne faisaient rire que ceux qui avaient eu la malchance de le connaître. Les jeunes générations ont souvent du mal à imaginer que ça a pu exister – jusqu’au début des années 2000 ! –, et ce qu’on y faisait vraiment. Perte de temps, apprentissage de l’autorité, de la violence et de la magouille. Seul point positif : savoir faire son lit « au carré ».
Dans la foulée de Mai 68, un petit groupe de militants décide qu’il est temps de changer les choses. En 1974, il diffuse l’Appel des Cent qui remet en cause l’immuable institution. Il exige l’instauration de syndicats de soldats et de la liberté de la presse à l’armée. C’est une traînée de poudre. En quelques mois, l’appel recueille plus de 6 000 signataires. Manifestations en uniforme sur tout le territoire, grèves de la faim, résistances quotidiennes... Face à la révolte généralisée, le gouvernement prend enfin conscience du refus de la jeunesse de se laisser embrigader.
Ce livre raconte cette histoire, quasiment oubliée aujourd’hui, et nous plonge au cœur de ce qu’était le service militaire à travers l’aventure singulière et haute en couleur d’un des signataires qui y a fait les 400 coups avec la ferme intention de « mettre les casernes à feu et à sang » !

—————
PRESSE

"Cabu aurait aimé ce livre, Contingent rebelle, Récit d'un réfractaire au service militaire dans les années 1970 par Patrick Schindler (éd. L'échappée). De l'appel des cent aux syndicats de soldats." Willem - Charlie Hebdo

"Grève de la faim, séjours réguliers au mitard : Patrick Schindler aura tout connu, luttant au quotidien contre une hiérarchie liberticide et des appelés indifférents. C'est de cette expérience qu'il tirera un journal intime au long cours – journal devenu aujourd'hui Contingent rebelle." Romain Gonzalez - Vice

"Né en 1956, Patrick Schindler, anarchiste et antimilitariste, devance en 1974 l’appel sous les drapeaux, comptant que son homosexualité, sa consommation de drogue et un possible piston devraient contribuer à le faire réformer. Il se retrouvera à faire son service militaire dans l’armée de l’air… L’année est marquée par la publication de l’« Appel des cent », bientôt signé par plus de six mille appelés, dont l’auteur, pour l’obtention de droits et de libertés dans l’armée, dont la reconnaissance légale de syndicats de soldats. Schindler évoque ce mouvement social grâce au journal qu’il tenait alors, et qui relate les péripéties de son passage chez les militaires : grève de la faim, organisation d’une protestation collective dans une caserne en lien avec une manifestation de soutien extérieure, prison, etc., sur fond de gauchisme et de rock’n’roll. [...] Il fait ainsi revivre un épisode oublié des grands mouvements de contestation post-soixante-huitards, qui prélude à la fin du service militaire en 2001." Charles Jacquier - Le Monde diplomatique

Interview de Patrick Schindler sur Radio Libertaire : http://groupe-louise-michel.org/IMG/mp3/17_09_26_contingent_rebelle.mp3